Le choix du futur directeur général du FMI : un débat creux au Parlement européen

Le choix du futur directeur général du FMI : un débat creux au Parlement européen

Lundi 6 juin mon collègue et ami Patrick Le Hyaric à eu l'occasion de s'exprimer en séance plénière sur la procédure de sélection du directeur du FMI. Je vous invite à lire son intervention sur le sujet.

Le Parlement européen avait curieusement inscrit, sur demande de la Commission européenne, un débat sur la nomination du futur directeur général du Fonds monétaire international. Ce fut un débat plutôt creux et sans effet puisque il n’a été suivi d’aucun vote. De surcroît, la Commission nous annonçait par avance qu’elle choisissait Mme Lagarde, soutenue dans leurs interventions par les députés de toutes les droites au Parlement européen. Par contre, alors que la profondeur de la crise actuelle nécessiterait de débattre des contenus des politiques menées par le FMI, de sa nécessaire démocratisation, la Commission comme les droites n’en disent mot. En ce sens, la proposition de l’association ATTAC de nommer Aurélie Trouvé à la direction générale du FMI est un symbole. Je la soutiens. Je suis intervenu ce lundi soir 6 juin en séance du Parlement européen. Voici le contenu de mon intervention.

Débat sur le choix du directeur général du FMI. Le lundi 6 juin 2011 séance du Parlement européen - Intervention de Patrick Le Hyaric

Mme la Présidente,

M. le Commissaire,

Cher(e)s collègues,

Je ne néglige pas la méthode et les critères de choix du futur directeur général du FMI. Mais, ce qui importe le plus aux peuples, aux salariés du monde, à celles et ceux qui souffrent de la misère et de la famine, est de savoir quel rôle nouveau compte jouer cette institution internationale pour aider à sortir des graves crises économiques, financières, budgétaires, monétaires actuelles. Le FMI a besoin d’être considérablement démocratisé et d’être mis au service du développement humain, de l’éducation, de l’emploi, du combat contre la misère ; la minorité de blocage dont disposent les Etats-Unis en son sein doit être levée ; les droits de vote des pays émergents doivent être considérablement rehaussés.

Le FMI doit devenir un outil contre la spéculation qui étouffe le peuple ; un outil efficace pour la stabilité du marché agricole et de ceux concernant toutes les matières premières, un outil pour s’attaquer aux paradis fiscaux et pour faire progresser le monde vers plus de justice en aidant d’abord les peuples et non pas les banques.

Au lieu de la guerre monétaire que nous connaissons, cette institution devrait porter le grand et beau projet totalement nouveau d’une monnaie commune mondiale qui servirait enfin à la coopération pour le bien de tous.

Voilà M. le Commissaire, ce dont nous devrions discuter d’abord, pour que les gens vivent mieux et pour que les banquiers cessent de sa gaver sur le dos des peuples comme c’est le cas actuellement sous l’égide du FMI, de votre Commission européenne et de la Banque centrale européenne. Je vous remercie.

 

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche