"Chaîne globale de valeur" et responsabilité sociale des entreprises

"Chaîne globale de valeur" et responsabilité sociale des entreprises

Explication de vote

La mondialisation a modifié le mode de production des biens et des services. Le commerce ne se limitant plus à l’échelon d’un pays, mais à des réseaux de production mondiaux, on parle à présent d’une « chaine globale de valeur » pour définir cette production planétaire.

Ce rapport constate que, malheureusement, cette globalisation a engendré un certain nombre de problèmes en ce qui concerne la transparence et la responsabilité des entreprises dans leur chaine de production. Pire encore, qu’elle favorise bon nombre d’abus et de violations que ce soit sur le respect des droits de l’Homme, de l’environnement ou des législations du travail.

Ce rapport pointe ces violations et tente d’apporter des solutions, notamment en proposant la responsabilité sociale des entreprises sur leur chaine de sous-traitance et des mesure de contrôles, l’inclusion de chapitres contraignants en matière sociale et environnementale dans les accords de libre-échange ou encore l’inclusion de la dimension de l’égalité hommes-femmes et de la lutte contre le travail des enfants dans la politique commerciale et d’investissement de l’Union.

Ce rapport aurait pu être plus ambitieux si la droite de l’hémicycle ne l’avait pas affaibli mais il reste une bonne base de travail, je vote pour.

Date du vote : 12/09/17

Lien vers le texte adopté

Créé avec l'aide de Drupal, un système de gestion de contenu "opensource"

Eurocitoyenne, le site internet de Marie-Christine Vergiat, Députée Européenne Front de Gauche